Des nouvelles du front

J’avais démissionné et depuis, pas une semaine ne débute sans cette pensée : C’était sympa ces vacances, c’est quand qu’on recommence à travailler? nb: tu remarqueras que je me parle en « on »… va lire ça
Et puis, juste après je me souviens que je travaille déjà.

moment9
Ma question montre à quel point le travail était puis est encore associé à la pénibilité, elle signifie: « Quand vais-je recommencer à m’ennuyer sur la chaise? ».

Mais ça va, tu t’en sors?
Voilà l’une des phrases qui vient en premier quand je croise une connaissance. Financièrement, je vis de rentrées d’argent aléatoires, avec des week-ends n’en sont pas et des vacances impossibles à imaginer pour l’instant. Mais, je mange, je paie mes factures et je n’ai pas eu à puiser dans mes réserves parce que je ne dépense pas beaucoup. Les gens, no surprise, veulent prendre des cours et venir en coaching en dehors de leurs heures de travail, soit les midis, soirs et week-ends;peu de restaurants à midi, tandis que le soir, je suis souvent occupée jusque vers 20h.
Et puis, tout dépend de moi, de mon aptitude à trouver des solutions. Il a fallu que je cherche des salles à louer, que je produise des flyers, que je clarifie ma ligne directrice, que je communique, … Sans fausse modestie, j’ai quelques compétences qui m’aident. Certaines sont innées, liées à ma personnalité, d’autres ont été acquises au cours de mes divers jobs et formations. Toi aussi, tu as beaucoup de compétences, les identifier t’aide à te différencier et avoir confiance en toi:

Ma boite à outils
– planification, je n’ai pas à réfléchir longtemps pour organiser plusieurs projets parallèles.
– gestion financière, je peux faire avec peu et je sais faire durer ce peu sans en avoir l’impression.
– créativité, j’ai 10 idées à la journée, ensuite il me suffit de les assembler dans un ensemble cohérent.
– indépendance, jamais eu besoin qu’on me dise quoi faire et si j’ai besoin d’aide, j’en demande.
– résilience, si je tombe, je me relève et je sais que me planter est la preuve que j’essaie.

Alors… tu t’en sors?
Ma réalité telle que je la perçois, outre l’argent et l’autonomie, c’est des journées qui ne se ressemblent pas. Je ne me rends pas au bureau, mais dans deux ou trois endroits différents. Je ne pratique pas une activité, mais plusieurs. Je ne suis pas assise sur LA chaise. Je suis assise sur plein de chaises -pas à la fois, je n’ai que deux fesses-,  je suis aussi debout, couchée sur un côté, ou à plat ventre sur un tapis de pilates. Je regarde des gens sérieux illustrer leur situation avec des feutres de couleurs, je ressens leur émotion à parler avec une feuille blanche, je partage leurs espoirs et leurs victoires. A la question « Quand vais-je recommencer à m’ennuyer sur la chaise? », je peux répondre JAMAIS!
Oui, je m’en suis sortie, dès le moment où je me suis levée de cette chaise de bureau, je m’en suis sortie.

tumblr_p5ly0nzeyL1uezmbko9_540

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s